La grande canicule.

IMG_2047Tombera, tombera pas. Novembre court vers sa fin en cette période de temps exceptionnel où les températures de jour et de nuit ne respectent plus les valeurs traditionnelles. La nature a secoué son rythme, ses séquences, ses alternances pour nous en offrir d’autres qui m’inquiètent.

Après un temps que je pourrais appeler « La grande canicule » de 2018, l’automne est là et n’y est pas. Nous avons bénéficié de l’été indien pour un mois d’octobre inhabituel, nous avons maintenant un bout d’été qui s’appelait avant dit-on, l’été de la St Martin. Sursaut de la nature qui fuit son destin pour échapper à ces heures sombres qui s’annoncent. Chaque jour dans sa course dans l’espace, la terre nous prive de 4 minutes de soleil en moyenne chaque jour. Ce n’est pas rien sur trente jours. L’heure d’hiver est de retour annonçant le reflux dans le creux des chaumières, autour du feu. La sève semble descendre mais pas partout de la même manière. Mon étonnement est grand quand je constate dans ma rue que le même type d’arbres situés plus bas ont toujours leurs feuilles mais à peine vaillantes alors que ceux situés plus haut, leurs congénères, les ont déjà perdues. A gauche à droite quelques rameaux téméraires ou rebelles présentent encore des signes de vivacité comme pour un dernier ressaut avant l’agonie. La nature réagit de manière disparate. Certains arbres n’ont plus de feuilles, d’autres sont couverts de draperies brunes de semences que le vent n’a pas détachées, que la pluie n’a pas brisées, lessivées. Eux aussi ne sont pas dans la norme.

C’est l’année de peu de pluie, de peu de vent, d’un climat qui faut des siennes et dont l’écart à la norme marque les esprits. Par-dessus la hausse nette et mesurable du réchauffement climatique qui se marque en fond, les oscillations sont présentes extrêmes. Cette année est mémorable. Rose éclose et feuilles mortes m’étonnent. Le coup de froid, le ciel nuageux, pluvieux se manifeste un jour, deux jours, puis le temps revient aux normes d’octobre habituelle des années précédentes. Écart dont je profite, lumière qui me soutient, tiédeur apaisante et inquiétante à la fois.

Le climat perd la tête, nous tombera-t-il dessus de la même manière mais du côté froid. Seuls les pies, les pigeons et les choucas traversent encore le ciel de la vallée étroite où j’habite.

Une mésange esseulée a pointé la tête sur ma terrasse hier. Dans un coin du plateau où je stationne dans le taillis, un rouge gorge poussait la tête. Les petits oiseaux trouvent sans doute encore de la nourriture auprès de tous les insectes qui eux aussi ont résisté plus longtemps qu’à l’habitude.

Quelques pâquerettes dressent la tête dans la pelouse qui se couvre lentement de feuilles mortes colorées, tombées d’arbres voisins en couleur de saison. Les matins couvrent de givre cet espace encore vert devant la fenêtre et la rosée s’étale sur le pare-brise de la voiture, le matin. Avec les premières gelées, les feuilles du tilleul sont tombées en masse. L’hiver s’approche, une fraîcheur d’avant-garde me met les larmes à l’œil dans le froid de l’air matinal.Automne18_2059

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s