Veillée pascale non confinée



Dans le porche, abrité de la pluie qui pourrait survenir, trois troncs d’arbres de 1,2 mètre de haut, sont posés en triangle, proches, fendus jusqu’au tiers, en quatre pour créer des cheminées de combustions. Comme les douze apôtres, ils vont bientôt s’enflammer. Dans la coupelle creusée au-dessus au centre, le feu commence sa progression. L’air favorisé par les fentes, l’active. Le bois commence à crépiter. Les membres des deux paroisses sont à l’abri à l’entrée de l’église, bougie en main, éteinte.

Comme les générations précédentes, depuis des centaines d’année, les fidèles qui ont quittés, leur nourrice électronique, sont rassemblés pour le rituel de la bénédiction du nouveau feu, de l’allumage du cierge pascal qui éclairera symboliquement, chaque assemblée, le dimanche.

Le célébrant, pénètre dans l’église, conduisant la foule, qui se met en marche en allumant sa flamme personnelle. De l’extérieur, l’on passe à l’intérieur, d’un rite apparent, dans le silence, chacun intériorise le symbole, ouvre son cœur, son esprit au mystère de la résurrection, à ce cheminement qui va le porter au cours de l’année.

Participer au voyage intérieur de la purification par la flamme, de l’ouverture à la compassion pour ceux qui l’entourent. La flamme du cierge s’est multipliée, cent bougies éclairent, à présent la nef. La chorale entame le premier chant.

La cérémonie vient de débuter, sera-t-elle vécue comme une couche supplémentaire, d’un rite qui perd sa saveur, qui garde sa forme, mais perd sa vitalité ? Ou, sera-t-il un feu nouveau qui va réchauffer le cœur et maintenir sa force au cours de l’année remplie de ses joies, de ses difficultés ?

Basculement intérieur ou habitude fade, vidée de son sens ?

Faire mémoire, du choix qui a été fait, développé. Nettoyage de printemps pour repartir comme la nature, dans un nouveau feu, une nouvelle poussée, une nouvelle avancée. Un jour, lointain, proche du premier jour, dans le rite du baptême, nous avons été introduits dans la communauté chrétienne, nous avons été baptisés. Le célébrant nous le rappelle par une aspersion généreuse, d’eau bénite. Nous ne sommes pas simplement spectateur, nous sommes acteurs.

Attendre de l’autre qu’il fasse le premier pas, parfois sans doute mais essentiellement, participants et flammes de cette espérance semée dans notre cœur et que patiemment, fidèle, nous entretenons par notre présence, à la communauté des pratiquants.

Pour que tout ne soit pas vain, inutile, insipide.

Ensembles, main dans la main, nous prions celui qui nous rassemble, qui nous rend meilleur dans la durée. Nous récitons le Notre Père, cette prière de la communauté qui sera notre phare pour les jours à venir.

Seigneur du monde, lumière qui nous anime et nous conduit selon notre destin et qui nous permet une fois encore de dire ;

« Le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité ! »

Que sa présence dans nos cœurs soit semence et espérance, dans les jours que nous traversons, dans nos tempêtes, dans nos joies.

Bonne fête de Pâques.

Photo prise lors de la veillée en 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s