Petit matin.

Douleur lancinante qui empale ma nuit, douleur qui éveille pour la nième fois. D’où l’heure du petit matin, du creux de la nuit. Douleur qui empale. Douleur à l’aine. Haine qui transperce ma virilité. Douleur qui prostre, prostate.

Une fois de plus à cette heure indue de la nuit, je suis plié en deux. Par quelques mouvements, j’essaye d’apaiser cette sourde présence, fantôme de ma virilité.

Qu’est ce qui est touché, qu’est ce qui me touche. Phantasme d’une nuit. Avant la rémission pour quelques jours pour quelques mois. Douleur qui perce à jour mes secrets de la nuit, douleur pure et dure perçant un voile d’obscurité, douleur de la nuit.

Petit matin vaseux où le bruit de la pluie seule perce ma solitude d’homme au foyer, d’homme réfugié dans sa tanière, se léchant des blessures reçues à son préavis début février.

Associations qui se jouent dans un champ de mémoire, petits tourbillons qui se meuvent au bord de la conscience, forme souple et virile qui cherchent leurs expressions et que je cueille étonné, en ce jeudi matin.

Textes de mon vécu de ces derniers mois qui me renvoient aux émotions profondes qui me retournent, comme un sillon la terre.

Association étonnante des plis du temps dans ma vie professionnelle qui me trouve deux fois sans travail, à quelques jours près dans l’écoulement des saisons, début février. Coïncidence, Hasard.

« Que vas-tu chercher là ». Ecoute, observe, c’est ce qui se passe, Accepte.

Temps de travail compté en années et qui deux fois prennent la même durée, 12 ans trois mois pour se terminer deux fois dans le même scénario, le préavis.

« Que vas-tu chercher là ». Ecoute, observe, c’est ce qui se passe, Accepte et cherche le sens si faire se peut.

Comme un programme invisible engrammé dans mes cellules, ma vie de travail s’arrête brusquement passé la douzième année dans un cadre de travail et m’oblige à une expulsion brutale, à vivre un deuil impossible de liens tissés au cours de ce temps, a m’arracher à la sécurité bienveillante d’un milieu protecteur, pour me retrouver nu dans l’incertitude. Deuils à faire, deuil toujours à refaire, deuil impossible peut-être à faire encore.

Fin janvier, en lisant un conte de Colette Nys-Mazure, sur le train, une semaine avant l’évènement, une onde profonde de tristesse, montait de mon ventre, vers mes larmes, un flot profond, comme une vague s’était réveillé par l’atmosphère émouvante crée par l’écrivain.

Une émotion intérieure profonde s’était mise en route comme une anticipation de l’évènement douloureux qui allait m’atteindre le lundi suivant.

Un deuil intérieur impossible se mettait en scène pour culminer dans des larmes d’enfants qui m’agitent et qui sortent dans mes moments de solitude, comme si un enfant inclus en moi pleurait toujours. Larmes en écho, de ma fille, à qui j’offrais de manière impossible, malgré moi cette douleur en son anniversaire comme pour lui dire que la douleur qui l’habite n’est pas la mienne, ni la sienne mais qu’elle est douleur transmise dans les plis du temps, de mon temps, de son temps.

Douleur d’un passé obscur  qui nous a toujours habité et dont nous n’avons le sens de l’évènement du passé qui nous habitent, qui nous hantent comme un fantôme, douleur à la recherche des mots perdus un jour dans des émotions profondes et refoulées et qui cherche maintenant dans son temps dans mon temps leur expression. Laure, Laurence pourquoi ce lien entre une fille et son arrière grand-mère par les pères. lien inconscient crée, il y a plus de trente ans par l’association des prénoms.

Douleur profonde de l’arrière petite fille, infirmière pour soigner les blessures que les générations n’ont pas pu par leur mutisme et leur refoulement mettre à plat, exprimer en larmes. Psychogénéalogie qui revient en force à propos de ces phases temporelles, têtes de vagues puissantes qui mettent en ce début de février à mal, père et filles.

-24-2-2000

Paroles bloquées.

Parlez ! moi ?  Pour qui ?  Pour quoi ?  Pourquoi.

Une fois de plus le rendez-vous était là et il fallait meubler le temps à disposition. Flot de paroles pour ne rien entendre ou ressentir dans un silence gêné, dans un silence passif.

L’absence de paroles étant encore plus difficile, je parlais d’abord d’avoir pu prendre la parole, dans un cercle d’amitiés de trente personnes, pour y expliquer un point de vue au sujet d’une œuvre de Magritte, simplement,  maladroitement sans doute.

Sans peur les mots s’étaient suivis d’une manière plus ou moins cohérente, sans confusion dans l’esprit. La panique habituelle n’avait jamais été présente, aucun battement superflu ou puissant animé par la chamade. Dans l’ordre des choses, tranquillement simplement les mots avaient traversé ma bouche vers l’espace de la réunion.

Que de chemin parcourus lentement sans doute, depuis la première fois où j’avais osé parler en public et où la transpiration du front, descendait lentement sur le bout de mon nez pour y faire le goutte à goutte.

Une parole se libérait, s’était libérée, avait évolué au point curieux que pour la première fois en prenant rendez-vous avec mon coiffeur quelques jours après, j’avais entendu celui-ci réclamer  « A quel nom » et ce pour la première fois, au moins depuis longtemps. Etait-ce un indice de l’évolution de ma voix, de son affermissement. L’histoire et les échos viendraient le confirmer.

J’avais parlé en public à partir de la salle, à l’aise comme je ne l’avais jamais été. J’avais exprimé des points de vue à la réunion des cadres autour de la table francophone de discussion à laquelle nous étions assis cette fois-ci.

Cela renforçait ma confiance et mon assurance dans mes capacités d’expression.

Le dimanche suivant lors d’un bain, une explication vient à la surface de ma conscience et me souffla que ce blocage de la parole avait pris aussi son origine dans un moment précis de ma place d’enfant en 3 ème maternelle où la sœur Cécile tournait autour de moi pour rechercher celui qui s’était oublié dans sa culotte et qui empestait l’atmosphère. J’avais refusé de dire que c’était moi, évitant l’humiliation qu’elle n’aurait pas manqué de me faire vivre si j’avais  eu l’innocence de lui avouer.

Craignant les foudres de celle qui représentait la sorcière, la castratrice, l’affreux dictateur, chargé d’enseigner aux filles et à quelques garçons dont moi parce que le père m’utilisait dans la guerre scolaire entre l’école catholique et l’école communale.

Menacé par ses foudres et sa conception de la justice, j’avais fermé la bouche. J’étais entré dans un mutisme qui allait durer des années. J’avais perdu mes moyens d’expression et pris en charge le poids du péché, du mensonge, de désobéissance, ce qui était pour moi enfant gérable seulement par le silence.

Et depuis cet age là, je m’étais réfugié du coté des femmes puisque j’avais été l’homme qui n’affrontait pas ses responsabilités. C’était le cadenas de ma voix, de mon expression, de mes blocages d’épaule et du timbre de ma voix.

N’interprètez pas, ne dites pas que vous avez changé, mais veiller à ce que l’on dise de vous, « Il a changé ! « .

Mais dis-je en fin de séance dans un jet on ne peut plus incontrôlé. Et la sexualité reste toujours pendante, c’est un sujet qui n’a pas encore été abordé. Sourire surpris. Un lapsus, un jeu de mot venait de se passer et me forçait à me noter dans la liste des lapsus des autres.

Oui, elle n’était pas encore abordée car elle reste toujours faible et réduite à néant par un effondrement de la libido.

27/1/2000-02-11

 

Anamnèse sympathique

Vous annoncer la nouvelle en ce début d’année 98, m’a paru difficile car je ne tombais pas sur l’adjectif adéquat pour la donner. Les mots désignant les endroits du corps me parvenaient en rafales mais pas avec le sens adéquat. J’avais,en tête le mot spatial, ventral, dorsal, d’autres aussi moins élégant, même caudal me venait en tête. Malgré le tri que j’essayais de faire, des mots incongrus ou incomplets se présentaient. D’ailleurs à ce dernier, il lui manquait la bonne lettre et encore, il ne se rapprochait pas de mon objectif. Il y avait ensuite oral, latéral, nasal. Le bon mot n’était plus loin. Je du alors me rendre à l’évidence, les mots en  » al  » n’étaient pas la solution. Ma première piste d’expression devrait être éliminée. Était-ce un paradoxe qui avait conduit à ce que mes verrues au cou disparaissent, qu’elles n’expriment plus ce pourquoi, elles étaient apparues.

D’abord à la mi-décembre, mon doigt gauche avait montré des indices de mieux être. Sous l’ongle et sur le coté de la première phalange, le champignon s’était essoufflé, avait disparu laissant mon index à l’état neuf. N’était-ce pas sa fonction essentielle, Montrer. C’était aussi parallèlement mettre à l’index, son expression incongrue, la gommer, l’effacer pour revenir à l’aspect lisse que je lui avais toujours connu. C’était le premier pas plutôt le premier doigt qui se retrouvait pareil à lui-même. Qu’est-ce qui l’ avait changé, qui les avaient changées ces taches qui me harcelaient depuis longtemps.

Le long feu des potions prises depuis deux ans au moins. Un événement brusque ravageur, un volte face sous-cutané. Oui et Non. Près de quinze jours avaient été nécessaires à cette mystérieuse activité pour afficher, sur ma main et à mon cou, tout son effet.

Ma vie n’avait pas changé pendant ce temps apparemment. Le mieux était visible, ma main gauche comme neuve s’affichait, auto nettoyée de ses imperfections. Quel avait été le moteur, l’acteur de ce changement, tant souhaité, tant recherché. Les taches n’étaient pas à la fête, ne voulaient pas de 1998, ou ne voulaient pas être vue par un nouvel expert que j’étais prêt à consulter ou même n’avaient-elles pas envie de passer sous les passes magnétiques  d’un quelconque rebouteux.

Sans doute étaient-elles dignes de plus, mais alors de quoi. C’est vrai que leurs bases n’étaient pas maladives comme vous me l’aviez annoncé. Que l’expérience avait prouvé que ce type de manifestation allait et venait à son gré. Mais de quels bois se chauffaient-elles ces verrues qui parallèlement à ces taches sur les doigts, garnissaient d’appendices incongrus la peau de mon cou, sur la pomme d’Adam. N’avaient-elles pas été trop chauffées précédemment par la cautérisation effectuée par le bistouri électrique du deuxième spécialiste, que pour accepter encore d’y passer, chez un troisième larron.

Étaient-elles un second feu comme me l’avait laissé entendre innocemment ou sournoisement une personne d’âge lors d’une conversation banale ?

Qui dans mon entourage, me donnait, depuis le début, des boutons ?

Rien ne m’apparaissait clairement, aucun point de repère ne s’accrochait dans ma mémoire, même la date de la première consultation, avec la photo prise par le dermatologue, n’était plus dans ma mémoire. Leur triumvirat de base comme une langue qu’on tire avait, avec les interventions de la faculté, les médicaments et le temps, explosé en un bouquet de petites aspérités de plus en plus esthétiquement agressives, comme s’il y avait renforcement et éclatement de l’effet principal.

Placées surtout du coté gauche de mon cou, elles avaient après la dernière bataille médicale, pris lentement la poudre d’escampette, ne laissant que des auréoles ovales aux  endroits où leur expression avait été passée par le feu, lors d’un combat inégal.

Leur état d’expression somatique s’était-il rapproché de l’expression orale et verbale?

Étaient-elles le signe annonciateur et l’expression d’une colère bloquée quelque part dans un mouvement corporel au niveau du torse vers l’arrière droit, qui par la gymnastique de Feldenkreis, avait retrouvé un chemin d’ expression libre, dans la voix ? Avaient-elles pris la forme des douleurs musculaires qui s’élançaient depuis cette gymnastique, de l’une ou l’autre vertèbre dorsale, (D9-D10?) dans l’espace du cou ? Était-ce l’irruption de la voix d’un ami d’enfance, sortant du passé qui me replongeait sans préavis dans le souvenir tournant autour de la mort de mon père et dans mon adolescence?

Était-ce l’acceptation d’une collègue dans mon espace de bureau qui ne justifiait plus ces pousses épouvantails. Toutes les hypothèses se bousculaient dans mes pensées, sans pouvoir par le biais d’un détail, devenir la raison, les causes de ces expressions corporelles incongrues.

Mais, l’essentiel n’était-il pas de retrouver enfin un cou anonyme.

Janvier 98