Pop matinal de voyage.

Mon voyage nocturne se termine, ma tête reprend sa conscience, sa vigilance. J’émerge. Observation nouvelle, venant de je ne sais où mais nettement perceptible. Un pop léger se propage dans ma sensation d’être en éveil. Vibration inédite et matinale en bordure de mon champ de présence.

C’est une vibration intérieure, comme un bouchon de mousseux qui s’ouvre dans l’air de la fête, la convivialité de la table. Ce pop saugrenu sort de l’incognito, se manifeste par un écoulement nasal, une petite veine vient de s’ouvrir. Ma narine spécialisée, produit un écoulement. C’est une épistaxis de plus.

IMG_1512Forte, envahissante et non comme deux jours plus tôt, une manifestation de surface.

Vainement, je cherche dans mon ressenti, mes souvenirs, ce qui aurait pu causer ce pop-up rouge sang. Le rêve qui s’effiloche ne semble pas rempli d’énergie négative, de vigueur, je le perçois innocent de cette surtension qui a franchi la fragilité de la veine à cet endroit.

Qu’est ce qui m’aurait mis en surtension ce matin ?

Mystère.

Je n’aurais pas d’explication sensée, je suis victime de mon incarnation, de ma dépendance à tous les processus physiques qui me maintiennent dans l’espace et dans le temps.

Dans tous ces mécanismes homéostatiques qui travaillent à mon existence, il y a eu un grain de sable, acéré, aiguisé qui a percé la limite de son lit et franchi ma fosse nasale pour s’étaler, agressif sur mon mouchoir blanc.

Mon état serein du matin est secoué par la quantité que j’essuie avec le bout de tissu trouvé sous mon oreiller.

Moment de gêne à traverser en attendant que le flux se tarisse, sans doute plus laborieusement que les autres fois. Moments d’angoisse à peine effleuré à propos de la molécule supposée fluidifier mon sang de cardiaque.

Mon système défensif est en alerte, ne va-t-il pas mobiliser ses ressources et refermer la brèche. Questions de seconde, de minutes peut-être.

La nature de la fuite me pose question, par sa quantité.

Sur internet, en recherche d’un nouveau sens, j’introduis le mot epitaxis et découvre une technique de cristallisation, le mot encodé n’a pas la bonne orthographe. Nouvelle recherche avec saignement de nez. Dans le premier mot manquait un « s », pour faire la différence le « s « de sang, de saignement, de subit.

Un développement m’apparait nouveau, à présent, l’on parle de gènes, pour expliquer autrement, plus savamment les raisons de ce dérapage de santé.

Est-ce que ce type d’avatar est génétique. La question qui me traverse est neuve. Faut-il y voir un nouveau classement dans les symptômes, celui de la maladie de Rendu Osler, qui semble émerger chez ma nièce.

Qui de nos ancêtres nous a alors donné la patate chaude. Nouvelle piste de réflexion, nouveau champ d’angoisse.

Comme les autres fois, j’attends que le phénomène s’arrête. Pourquoi ne le ferait-il pas cette fois. N’empêche que j’en suis ébranlé, la journée s’annonce plus difficile, plus nauséeuse. Ma tête est lourde, il me faudra plus de patience pour remonter en selle.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s