Vendredi Saint

C’est plutôt mon rôle de sacristain qui m’a poussé à l’ église vers trois heure pour le chemin de croix traditionnel. Y avait-il une tâche bien précise à accomplir. Pas sûr, cette période de confinement perturbe tout, impossible d’y voir clair. Trop de changements, trop de limites mais enfin fonction oblige.

Un petit groupe d’enfants est présent sur la place, quelques parents venus les amener, quelques anciens, vont entrer dans l’église. Ce n’est pas la foule bien sûr, le confinement l’exige et puis il y a aussi un office le soir. Là ,mon rôle est plus clair, mon efficacité aussi.

En voyant l’acolyte tenir la Croix de procession, je me replonge dans mes mémoires d’acolyte, au village, jadis. Il y a si longtemps que je n’aie plus suivi activement un chemin de croix, la vie m’en a offert d’autres.

C’est une cérémonie légère, le parcours a été réduit à 7 étapes. Pourquoi 14 stations, le symbole du chiffre n’est plus dans ma mémoire, encore un de ceux qui ont disparus.

L’église est lumineuse cet après-midi, les fenêtres laissent passer largement la lumière du soleil de printemps. Ce chemin de croix me semble plus léger, plus court. C’est autre chose quand le ciel est plombé, qu’il pleut. La cérémonie débute, le célébrant commente la première station. Tiens ici, on tourne pas de la même manière que dans ma paroisse natale. Est-ce équivalent au point de vue sens. Ici on remonte le temps, à l’opposé des aiguilles d’une montre. Symbole encore, pourquoi.

Bel exemple de fidélité, de vigueur et de foi, le Père Luc, notre doyen d’âge, qui va fêter ses cent ans, en Octobre suit vaillamment le petit groupe qui se met en route, gardant les distances imposées par l’épidémie. Les phrases dites, se réverbèrent dans l’espace des nefs latérales. Le temps s’écoule, mon attention se marque plus sur la lumière qui inonde la nef centrale. Le texte me manque pour fixer mon attention.

Ce moment de recueillement devant les stations choisies, en circonvolution se termine par la Crucifixion, la mise au tombeau. Le recueillement revient , le mouvement s’arrête, l’un ou l’autre s’assied, fait une pose pour terminer par un moment de silence. Mon attention se fixe sur l’autel, dont la porte du tabernacle est ouverte, laissant deviner l’absence des saintes espèces, pour marquer le vide. L’absence qui suit le crucifiement. Comme une anticipation à la suite du schéma de la cérémonie, le deuil, l’absence.

Alors que le Christ vient d’être mis symboliquement au tombeau, qu’il nous faudra attendre Dimanche pour que sa résurrection soit proclamée, qu’il nous faudra le temps d’intérioriser son absence, la lumière met en valeur l’arrangement de l’autel, nous montre que le tabernacle est vide. Le Saint-sacrement au tabernacle, mémoire du Jeudi Saint a disparu sous nos yeux, le Christ aussi jadis, dans l’enfermement du tombeau. 

J’ai comme l’impression qu’à la tristesse qui suit la mise au tombeau, la lumière qui éclate sur le tabernacle, à cet heure ou la cérémonie se termine, me dit ; C’est la parenthèse de sa vie sur terre qui se termine, une parenthèse terrestre. C’est nécessaire, ce passage, il faut l’intérioriser, quitter l’obscurité, quitter la dureté, la violence de ce monde insensible, se fondre dans la lumière qui par sa présence à ce moment précis, comme un signe nous redit qu’autre chose s’ouvre, que plus tard, puisqu’on connait les étapes, la résurrection va suivre, la lumière jaillira dans les ténèbres. Une autre perspective lumineuse nous attend.

Discrètement, je m’approche du doyen d’âge, assis,  pour lui faire ressentir l’événement lumineux qui comme un enseignement s’ajoute à toutes les paroles dites, récitées. Le verra-t-il, vu sa vue qui décline, peut-être mais par ma voix, j’espère lui avoir transmis ce moment particulier qui nous est offert, ce vendredi. Déjà au début de l’année, il m’avait demandé de vivre, la rencontre, des rayons du soleil et du Sacré Cœur, à l’équinoxe, dans cette église millénaire. Mais la couverture nuageuse étant trop importante, les rayons lumineux n’étaient pas présents.

Comme un signe plus fort, l’éclairement du tabernacle, en ce Vendredi Saint, en sa présence, par les rayons lumineux nous disait autrement, l’essentiel. « Ne voyez pas le vide dans ce lieu, voyez y la force et la joie de la lumière qu’est le Christ, qu’il chasse les ténèbres, nos jours sombres, nos doutes. Le Christ est la Lumière du Monde, la lumière devant nos yeux, sur le tabernacle souligne sa force et termine le mémorial de sa crucifixion.

Le Christ va, est ressuscité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s