Tulipes.

La nature commence à reverdir, le printemps s’annonce doucement, sur le talus du bord de la sablière, au fond du jardin, quelques buissons portent des fleurs blanches, des aubépines sans doute, un forsythia maigrichon, fleuri sur la droite assez loin.

Cette année, la saison n’est pas au rendez-vous, le vent du Nord domine, plus longtemps qu’habituellement, les fleurs des arbres fruitiers, risquent la brulure par le gel. La récolte de fruits ne sera pas bonne, pour les vignes en France, c’est la catastrophe. Un temps hors saison.

Pour je ne sais qu’elle raison, au déjeuner, mon regard se porte au pied de la haie de hêtres rouges qui ferment l’espace intime de la terrasse. Mes trois tulipes ont souffert de la température trop froides , elles courbent la tête, vaincues par le froid matinal, vu le rayonnement du sol vers un ciel sans nuages, entrainant du givre. 

Les pétales sont proches du sol, vaincues par l’atmosphère, hors saison. Leur fière allure, leur envie de conquérir l’espace, leur parade est terminée. Elles sont à genoux flétries, mortes presque. Jamais, je n’ai eu ce spectacle sous les yeux, cette conscience d’un drame qui se termine. Elles s’étaient lancées vers leur histoire de témoins, de portes drapeaux, de bannières de leur famille. Leur tige ne supporte plus le poids de leur pétales, elles sont vaincues, sous les fourches caudines du froid. Elles me manqueront, c’est sûr, leur rouge écarlate s’estompe, va disparaitre, victimes inconscientes d’une hâte incongrue, du dérèglement climatique.

Une heure plus tard, en prenant de leur nouvelle, en compatissant à leur destin, Étonnement, elles ont repris de la raideur, leur inclinaison n’était que temporaire, elles sont là comme hier, fière d’être, droite, magnifique, vaillante.

Parenthèse brève, méconnaissance d’un pâle jardinier peut-être!

Elles sont de retour comme le soleil après la pluie. Elles ont rouverts la parenthèse de leur parade, à mon plus grand plaisir.

Que s’est-il passé ? Quel est l’enjeu ? la faille ou l’esquive ? Mystère ?

Elles sont là, de retour après cet écart d’existence, image d’une résurrection florale, image d’un retour à la santé après la maladie. Image merveilleuse de la nature qui nous entoure.

La force vitale qui gère leur nature, a repris, son plan, son destin.

Tulipes, elles sont, tulipes, elles seront, étapes par étapes pour ma plus grande joie.

Résilience de la nature qui va jusqu’au bout de sa mission, être tulipe l’espace d’un été, de cet été, comme ses consœurs nombreuses et multiples, de leur genre, malgré les difficultés, les obstacles. Tulipes toujours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s